et si nous echangions ?

la page "chat"

L'idée est de se retrouver de temps à autre, même si ceci est un site, et non un blog. Nos échanges resteront donc limités de vous à moi. Je souhaite vous parler de livres que j'ai lus ou d'idées à partager, et engager un échange par mail interposé. Vous pouvez donc après avoir pris connaissance de cette page, aller directement sur mon mail pour me faire une petite bafouille. Pourquoi ne pas essayer ? J'ai lu le Goncourt 2021 et vous en parle ci-dessous. Je choisirai également des passages de vos courriers pour les éditer sur cette page afin d'élargir les échanges. A bientôt je l'espère.

Cliquez sur l'encadré bleu ci-dessous pour atteindre directement ma boîte mail. A très bientôt !

LE GONCOURT DE CETTE ANNEE 2021 a été attribué à Mohamed Mbougar Sarr pour son livre "La plus secrète mémoire des Hommes"

Je viens en toute humilité vous dire ce que j'ai ressenti en le lisant, moi qui ne suis pas une universitaire, encore moins une critique littéraire, juste une lectrice attentive doublée d'une amoureuse des mots.

Au début de cet ouvrage magistral, on craint un peu trop d'intellectualisme, entre certains mots jamais rencontrés auparavant et pas mal de références au monde littéraire (africain surtout) qu'on ne connaît pas. On est surpris par de petites vulgarités bien intentionnelles (on baise beaucoup dans ce récit !) au milieu de tant d'érudition, de poésie, d'élégance. Finalement, c'est cela aussi, l'originalité de ce livre qui bien vite nous embarque dans son histoire et nous ouvre un à un les tiroirs de la mémoire.

La quête du narrateur, qui est le personnage central, c'est la recherche acharnée d'un auteur africain et de l'unique livre qu'il produisit avant de disparaître tout à fait après que la critique l'avait assassiné, pour des raisons d'ailleurs, qui n'ont rien à voir avec l'absence de talent, puisque ce livre était d'une force époustouflante.

Tout se passe beaucoup à travers des confidences reçues par notre "héros" pour l'aider à résoudre l'énigme. Ce récit, qui s'apparente à une enquête, ne cesse de rebondir, de nous surprendre et de nous questionner, sur le rôle et la place de l'écrit dans les trames individuelle et sociale, mais aussi sur de grandes questions trop peu réglées comme notre passé colonialiste, et de l'ombre qu'il jette encore sur ceux dont leurs origines les condamne aux préjugés et à la caricature.

Le livre est épais mais on se dépêche d'avancer car on a vraiment envie de savoir la suite et c'est un régal dans le fond comme dans la forme. Enfin quoi, c'est le Goncourt tout de même, mais il ne vient pas d'une grande maison d'édition et cela me ravit encore plus.

Rebonjour à tous ! C'est formidable, j'ai une première visite, par une Séverine qui vient nous parler d'un livre. Donc je vous copie ci- dessous son ressenti au sujet d'un livre. Mais elle me posait aussi des questions sur mes sources d'inspiration et je souhaite lui répondre : "Celles-ci peuvent être très variées, dépendent de nous, de notre caractère, de notre sensibilité, de ce que nous voyons ou vivons, de nos rêves, de nos fantasmes etc...

En ce qui me concerne je suis très inspirée par les lieux, qui m'insufflent le désir de les mettre en scène c'est pourquoi les voyages, qu'ils soient lointains (Inde, Himalaya) ou pédestres (Haute-Provence, Cévennes) m'ont donné envie d'écrire, je suis d'ailleurs surtout un écrivain de montagne. Mais des sujets précis comme la vie des abeilles ou les traces géologiques ont su m'inspirer des contes.

Ensuite, c'est au sein d'une histoire ou d'un récit que l' inspiration philosophique vient se greffer en ce qui me concerne.

Quant à la façon d'écrire (c'était une autre question de Séverine) elle représente des semaines, des mois, voire des années de gestation silencieuse avant de se mettre à l'ouvrage, et je travaille environ trois heures chaque matin. La partie correction, relecture et sempiternelles reprises sur l'ouvrage peut prendre encore beaucoup de temps ! "

A présent le livre lu par Séverine qui tient une rubrique "Délice de lire" sur facebook :

"En ce moment, je lis l'enfer de Gaspard Koenig. C'est l'histoire d'un économiste qui meurt et se retrouve dans un endroit qu'il pense être le paradis. En fait c'est plutôt un enfer car c'est un aéroport sans sortie. Il ne fait que passer de vol en vol, d'aéroport en aéroport et profiter des services de ces aéroports. C'est vide de sens. Une éternité à Tourner en rond.

Le style est fluide et bien écrit mais l'intrigue est plutôt moyenne. Benoît Duteurtre avait déjà écrit sur le sujet mais en mieux avec son ordinateur du paradis."

Moi, je ne connais pas ce livre, et vous ?

PARTICIPEZ ! OSEZ ! ECHANGEONS !